Jour un

Dimanche après-midi, dans l’ère de restauration des Galeries de la Capitale, Sébastien me partage un moment de conscience: « Hey, on n’a pas d’horaire! Pas de délais, pas d’attentes. Juste là, on fait ce qu’on à faire, sans obligation. C’est bon. » Oui, cest bon. Moi-même je respire, et je réalise que les heures qui avancent n’ont pas d’emprise sur nous. C’est pas grand chose, direz-vous, mais pour une control freak maniaque d’organisation et de délais comme moi, ne pas angoisser à l’idée de ne pas arriver à l’heure prévue, c’est être vraiment lousse.

Ça c’était hier, sur le chemin menant vers Montréal ou nous avons pieuté pour la nuit, question de diviser la route en deux temps et de prendre Élisabeth qui nous conduirait à la Gaines Marina de Rouses Point (NY) et reviendrait à Montréal avec mon char. Première vraie journée de lâcher-prise: là on est vraiment partis pour de bon, on est sur la route, y’a rien qui nous retient. Road trip de fou, plein d’amour, trame sonore d’enfer avec DJ Harvey: le chemin est court, on arrive saints et saufs dans la métropole, on est légers – et urbains – on est partis enfin.

Ce matin, lundi matin – celui-là, oui – ou on va franchir les lignes avec le dude des douanes qui nous pose des questions d’argent, de job pis de relations familiales « What is your job (à moi)? What’s his job (à moi à propos de Bass)? How much money do you carry for the trip? How were you able to leave your work for so long? How come a autorun artist center director can leave for three months? » On répond tant bien que mal, avec mon accent de montréalaise-pas-d’accent-qui-rush-à-cause-du-stress. On passe « Be safe. Were a life coat! », on arrive cinq miles plus tard: tout heureux, dropés par Élisabeth et mon père sur le bord du Lac Champlain. On marche vers le bout du Quai F, emplacement numéro 63, et on embarque sur le magnifique Malaïka, chaudement accueillis par Jean-Pierre (Capitaine Cottonel) et René (équipier jusqu’à New York City). Arrivée un peu plus tard, Thérèse est resplendissante et enjouée à l’idée du départ imminent.

Le bateau est grand, il est beau, nos espaces sont élégants, nous avons de la place, notre salle de bain… bref on va y vivre avec suffisamment d’intimité pendant trois mois. On a pris le temps de trouver une place à chaque chose. C’est fou le rangement! Je peux vous dire que je suis fière d’être capable d’organiser un Tanzer 22 et que faire de même sur le CSY 44 est un pet! Juste pour vous dire, on a fourré trois mois de vie dans chacun un snatchel et un sac à dos. Roulées les bobettes, tassés les t-shirts, empilés les polar… pas trop de fla fla, juste ce qu’il faut pour être confos et compacts. On a visé dans le mile parce que tout y a trouvé sa place.

Ce soir au souper, entre nous, retrouver Jean-Pierre et Thérèse, c’est retrouver de vieux amis. On mange des tacos au tofu. On est heureux, enthousiastes et c’est beau parce qu’on sent que c’est vrai. On part dans un trip humain, un trip technique, de connaissances, de découvertes, d’introspection, d’envisagements, d’alternatives, de défis, de dépassements, de rencontres, de beautés, de craintes, de mises à l’épreuve, de doutes, d’amour, de testes… On s’accorde de vivre à trente ans, en pleine carrière, comme parents, comme amants, comme amis, libres de nos choix et de nos expériences.

On est sauvages, on est souples, on est des cobras libres!

Publicités

12 réflexions sur “Jour un

  1. Oh, je vais faire ma voyeuse et pas un peu près. Je vous suis de loin les cobras, comme si j’avais les yeux à la proue du Malaïka. Merci Gabrielle…l’incipit est parfait, j’attendrai avec impatience chacun de vos chapitres! Et vivre un peu de votre vent dans mes voiles. Bon voyage!

    J’aime

  2. Bon voyage ma belle Gab ! Envoie des photos pour qu’on puissent voyager à travers tes yeux ! Prends le temps de te remplir de beaux souvenirs que tu pourras nous raconter à ton retour ! Xxx

    J’aime

  3. Bon voyage Marie Gaboune,

    Papouxx

    PS: Sur la photo, le bas de l’échelle est croche par rapport à la plate forme, dit à Seb qu’l faudrait tordre un peu la structure en stainless pour que ça fit.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s