Journal de bord – 5 au 8 octobre

Jour 5, 5 octobre – Ce matin, il fait un temps superbe. Nous quittons Waterford à 8h30 afin de nous diriger vers Castleton pour nous mâter. Là-bas, il en coûte 50$ pour utiliser la potence automatisée.

Nous passons l’écluse fédérale de Troy à 9h15 et nous dirigeons enfin officiellement vers le sud, sur la rivière Hudson. Après avoir passé 2 jours entourés de Hunter 414 et de Kirier de 40 pieds et plus, Bass en est venu à la conclusion que le Santa Mojo est le Westfalia des bateaux qui vont dans le sud!

J’ai fait mon premier pain au Pesto hier soir (merci Isabelle, Mélissa, Justine, Alexandra, Josée et Audrey)! Je me suis facilité la vie en achetant un mélange multigrains déjà fait en vrac et j’ai glané une ou deux méthodes sur les Internet. Et je me suis lancée! Un côté a brûlé et l’autre a bien cuit, mais mon pain n’a pas levé. Je pense que c’est à cause de la fraîcheur du soir. Et je vais mettre le “faux fond” la prochaine fois, pour éviter que mon plat aluminium ne chauffe trop. J’ai espoir!

Il est 10h30 et nous sommes à Albany, une ville de taille moyenne. Les 2 rives de la Hudson sont très occupées: dépotoirs, villes, chantiers, ports métaniers, raffineries, etc. Nous arrivons à Castleton à 11h35 et le mat est posé à 14h. On fait le plein de diesel et on quitte pour l’île de Houghlading. Nous arrivons à 17h30 et y resterons pour les prochains jours, voir ce qu’il advient de l’ouragan Matthew.

Jour 6, 6 octobre – Nous sommes toujours à Houghlading Island, entre Castleton et Coxsackie. Avec nous, le voilier Grace qui vient du Vermont et à bord duquel vit un couple depuis 8 ans. Je me souviens que le monsieur d’appelle Kevin, mais pas du nom de la dame. Ils sont gentils et nous ont proposé de l’aide lorsque nous avons mâté.

Il fait vraiment beau depuis hier et le Santa Mojo a beaucoup plus fière allure avec son mat! On a dormi tard ce matin, ça fait du bien, et il fait bon se lever avec le soleil haut dans le ciel.

À faire aujourd’hui: poser les rideaux dans le poste avant (merci Carole Keagan), laver la coque, laver le pont, laver la toilette (puisqu’il le faut) et faire la lessive. De leur côté, les gard ont posé un nouveau chaumard en avant et ils ont marqué les mouillages afin de savoir plus précisément le nombre de pieds qu’on dépose avec l’ancre. Sébastien a organisé un 5 à 7 ou Phil noua a appris à jouer au crible et nous avons soupé d’un bon ragoût de patates. Il a obtenu un beau 19,7/22 pour l’organisation de sa petite soirée.

Depuis hier, nous avons entammé la lecture de l’Encyclopédie des grands marins de l’Histoire de Larousse. Chaque soir, nous nous instruirons sur la vie d’un marin notoire. Nous avons lu la vie d’Antonio Alaminos, un compagnon de Christophe Colomb, sur Roald Amundsen l’explorateur norvégien et Jean Ango, armateur originaire de Dieppe, qui a parcouru les mers pour faire du commerce sur les territoires portugais, dont Sumatra et l’île Ticou, d’ou viennent les Ticouniens. Ça nous a ben gros impressionnés!

Demain, on s’attend encore à un 24 degrés au soleil et nous continuerons les travaux et la préparation du bateau pour les prochaines étapes du voyage, tout en suivant le développement de Matthew.

Jour 7, 7 octobre – Levés de bon matin, nous observons la brume se dissiper vers 10h30. Après un bon petit déj’ et la vaisselle faite, nous nous mettons en train. Au programme, les gars vont boucher un trou qui pourrait laisser filer l’eau entre le v-berth et le puit d’ancre et placer les différents mouillages de manière ordonnée. On a beaucoup de cablo et de chaîne, je vous le rappelle et précise: 225 pieds de chaînes et 550 pieds de cablo. Selon Sébastien, ça nous laisse un marge de manœuvre (un belle marge de manoeuvre!).

J’ai lavé la coque du bateau en bikini, une vraie journée d’été! C’est Phil qui a organisé le 5 à 7 avec le jeu de mimes à la Harvey. C’est à dire avec des phrases sans dessus dessous, toutes plus folles et insolites les une des autres! Des heures de pur plaisiiiirreeee-avec-l’accent-du-Saguenay!

Jour 8, 8 octobre – Ce matin, c’est gris et le vent frais souffle à environ 12 nœuds. Il pleuvra peut-être ce PM, c’est pourquoi on fonce dans les tâches extérieures. Les gars posent la grand’voile et je nettoie le pont. J’ai trouvé une recette magique pour faire redevenir blanc notre bon vieux pont (m’enfin, presque blanc… disons crème): un peu de nettoyant gentil pour les poisson (bouteille de gel bleu), un peu de Mr Net et du dégraisseur à BBQ. Ça fonctionne tempête! Enfin le Santa Mojo fait peau neuve.

On apprend que Matthew quittera les côtes de la Caroline du Nord d’ici dimanche et que, repartant vers l’est, il redevient une tempête tropicale qui se dirige à nouveau vers les Bahamas. On souhaite de tout coeur que la tempête perde sa fougue et laisse les habitants des Bahamas tranquilles.

De notre côté, le plan de match est de quitter l’île Houghlading demain AM, vers 9h30 ou plus tôt, pour faire une bonne journée de 40 miles nous menant à Esopus Island, 8 miles au nord de Poughkeepsie, pour une nuit à l’ancre.

De Poughkeppsie, nous rallierons Croton Bay, près de New York pour se rendre soit directement à Sandy Hook (46,7 miles nautiques) ou avec une escale d’une nuit à l’ancre à Ellis Island, là ou est la Statue de la Liberté, on verra selon le temps et l’énergie que nous aurons.

De Sandy Hook, on se prépare pour un peu plus d’une centaine de miles d’océan (120 miles en fait jusqu’à Cape May). À partir de là, c’est du nouveau! Re-épicerie de fou, faire le plein d’eau, de diesel, etc. pour une nouvelle partie du voyage: la côte est américaine. Si tout va bien! En tous les cas, demain, c’est retour à la navigation dans la Hudson!

À bientôt!

Toujourd des choses à faite dans la joie!

Summer cleaning!

À date, on est super chanceux sur le temps!

Rivière Hudson

La ville d’Albany

Mon premier pain: un peu brûlé, mais appétissant!

On mange très bien à bord!


 

Publicités

Une réflexion sur “Journal de bord – 5 au 8 octobre

  1. Allo allo, ça fait plaisir de vous lire et, par le fait même, revivre cette épopée…. A pareille date, l’an passée c’était nous qui faisions ce trajet!!! Pour ton pain, enveloppe-le dans ton sac de couchage ou encore dans une couverture de laine, ça l’aidera a garder sa température et par le fait même a lever!! Je vous recommande, si vous le pouvez d’acheter une poche de farine de qualité (blé entier ou un truc du genre) chose qui est difficile a trouver dans les Antilles. Aussi, tenter de récupérer une chaudière hermétique pour l’entreposer (chaudière de resto genre). N’oubliez pas de déposer une feuille de Laurier dans la farine et tous les aliments secs (ça éloigne les charançons). Nous avions attacher notre chaudière au pied de la table du carre. Vous allez m’aimer lorsque vous serez arrive a destination et seulement de la farine blanchie en format 500g vous trouverez sur les tablettes Antillaises…. Ensuite, je me demandais si vous planifiez passer par les Bermudes??? Si oui, j’aurai quelques trucs a vous transmettre avant que vous ne quittiez le continent!! Bon vent!

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s