Navigateurs & récits

BERNARD MOITESSIER

La longue route : Le récit de Moitessier qui a participé à la toute première course autour du monde à bord de son Joshua. Il y raconte son quotidien, son voyage intérieur et la décision qu’il prendra de continuer à naviguer sans escale et ce, même s’il était pressenti pour remporter la course. Voici comment il a annoncé cette nouvelle au monde entier, abasourdi: «Je continue sans escale vers les îles du Pacifique, parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme.» Son écriture est poétique et belle et remplie de références techniques très utiles! Une première lecture marine qui m’a tout de suite conquise.

Cap Horn à la voile, 14 000 milles sans escale : Le récit de son passage du Cap Horn en compagnie de Françoise, son épouse. Souhaitant revenir des îles du Pacifique, Bernard et Françoise doivent choisir la route « logique » pour rentrer qui passe par le canal de Panama. Mais Bernard ne voit pas les choses ainsi et engagera Françoise dans une voie plus risquée: celle du Cap Horn. Ils le franchiront après 49 jours de navigation plutôt exigeants. Ils deviennent ainsi Cap horniers et premiers à avoir naviguer plus de 14 000 milles en 126 jours; un record sans escale.

FRANÇOISE MOITESSIER

– 60 000 à la voile : Françoise Moitessier raconte non seulement la vie à bord avec son Bernard, mais aussi la préparation de son marin sauvage de mari pour le Golden Globe. Elle explique comment leurs chemins se sont éventuellement séparés et comment sa vie à elle, navigatrice chevronnée et aventurière affranchie, fût d’une richesse et d’une liberté rare pour une femme parcourant le monde à l’époque. Ceux et celles qui ont aimé Bernard seront repus d’en apprendre davantage sur sa personnalité et sur LA femme qui aura fait tout ce chemin avec lui. Plus encore, Françoise est une femme passionnante et inspirante.

NICOLE VAN DE KERCHOVE

– Sept fois le tour du soleil : Ça veut dire parcourir le monde sur l’Esquilo pendant sept ans! Si j’avais pu, j’aurais a-do-ré rencontrer cette femmes fascinante qui, à 23 ans, faiait construire son voilier et partait pour un voyage beaucoup plus grand que ce dont elle avait pu rêver. Elle nous raconte ses rencontres humaines et avec la nature de manière touchante et drôle et fraîche et naïve et vraie et et et… Ma belle-mère l’a lu, tellement j’ai adoré lire NVdK! En sept ans, elle a rencontré l’amour, s’est mariée, a vu les Galapagos, à voyagé en Asie, en Amérique du Sud, a appris à gérer son moteur (oui, oui) et elle a conçu à bord sa petit Sabrina qui a vécu les deux premières années de sa vie sur la mer. Vivre. C’est le mot qui décrit ce livre que j’aime d’amour.

JOSHUA SLOCUM

– Seul autour du monde à la voile

LOÏCK FOUGERON

– Rayon vert au Cap Horn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s